ANMONM

Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite

Collecte de dons pour les communautés d’EMMAÜS de l’Indre par les deux ordres nationaux

 

« Emmaüs aux abois » 

C’est le titre de l’article publié le 29 avril à l’initiative de Marie-Noëlle Deveaux, présidente d’Emmaüs Indre dans les colonnes du quotidien régional la Nouvelle République du Centre Ouest. Depuis maintenant 70 ans, Emmaüs agit partout en France pour accueillir, héberger, et accompagner les plus démunis dans leur réinsertion. Aujourd’hui, la crise sanitaire sans précédent  qui frappe notre pays a  contraint cet organisme  à cesser l’essentiel de ses activités. Toutes les personnes en situation de pauvreté et d’exclusion que la communauté aide, sont aujourd’hui en danger. Pour la première fois en 70 ans, Emmaüs fait appel à nous et à notre générosité pour ne pas laisser les plus fragiles, retourner seuls et sans ressource à la rue, face à un virus mortel.

« Dans l’Indre, la crise vulnérabilise les communautés de Déols et du Blanc. Près de quatre-vingt-cinq personnes, dont une vingtaine d’enfants, sont directement concernées. Nous n’avons aucune rentrée d’argent depuis le 15 mars… Les communautés sont en danger financier et en  grand désarroi…. Nous pouvons tenir un mois, après, ce sera le fond du fonds. » estime l’actuelle présidente d’Emmaüs Indre.

 

La mobilisation  des deux ordres nationaux 

Dès que la situation critique de cet organisme fut connue, notre camarade Charles METAIS également vice-président délégué du secteur du Blanc et ancien président de l’Indre des communautés d’Emmaüs. Il eut l’insigne honneur lorsqu’il qu’il fut élevé au grade de chevalier de l’Ordre National du Mérite d’être décoré des mains mêmes de l’abbé Pierre. Il n’a pas hésité à solliciter sans tarder et à obtenir le soutien et l’engagement des présidents départementaux des deux ordres nationaux et de leurs mandants.

La somme de deux mille six cents euros a pu être collectée et a été  remise le neuf juin à la présidente de cet organisme lors  d’une petite cérémonie, empreinte de convivialité  sur le site d’Emmaüs de Déols en présence de monsieur Gil AVEROUS Maire et président  de CHATEAUROUX Métropole et des représentants locaux  de la SMLH : le général Jean-Charles BOURRIER président, Françoise BORNE secrétaire, Roland MILLEROU trésorier, Jean-Jacques BERENGUIER président de la section de CHATEAUROUX, et ceux de l’ANMONM :  Alain BOURREL président, François AUSSOURD secrétaire, Charles CAILLAUD trésorier, Charles METAIS ainsi qu’un autre ancien président d’Emmaüs monsieur BARTHELEMY et Léon GAIGNAULT président de la banque alimentaire . Du fait de son obligation  de réserve en cette période d’élections municipales, le préfet de l’Indre s’était fait excuser.

 

P1020389 (2)

P1020390 (2)

 

C’est notre ami Charles METAIS qui a remis ce chèque à la présidente madame Marie-Noëlle Deveaux  après avoir au préalable rappelé quelques fondamentaux de cette noble institution. 

P1020388 (2)

P1020391 (2)

 

Le mouvement EMMAUS 

Les origines :

 En 1949, l’abbé Pierre, député MRP de Meurthe et Moselle achète une maison à Neuilly Plaisance, non loin de Paris. Cette maison étant « trop grande » selon lui, il créé dans son habitation une auberge de jeunesse internationale qu’il appelle « Emmaüs », en référence à l’épisode biblique d’Emmaüs. Il est accompagné de sa secrétaire, Lucie Coutaz, qu’il a rencontrée dans la résistance, elle est considérée comme la cofondatrice du mouvement Emmaüs. En novembre l’abbé rencontre Georges Legay, il était désespéré, voire suicidaire. Il  tente de lui redonner la volonté de vivre « Je ne peux pas t’aider, lui dit-il je n’ai rien à te donner, mais toi tu peux m’aider à aider les autres »

Georges accepte alors de le suivre et se consacrer à cette tâche. Il devient ainsi le premier compagnon d’Emmaüs. Cette rencontre constitue l’acte fondateur du mouvement. L’abbé accueille Georges puis d’autres encore, ainsi est née la première communauté Emmaüs.

Bien que fondée par un prêtre catholique, député de surcroît, le mouvement Emmaüs s’est voulu totalement neutre aux plans religieux et politique. Il est ouvert à toutes les nationalités, les origines ethniques, sans juger des convictions de ceux à qui il porte assistance sans distinction.

Mais quand on rentre en communauté, il y a quelques règles : Accueil, Travail, Partage

Ici tu n’es pas à l’asile, on est des hommes debout. On travaille. On gagne son pain en communauté au service de ceux qui sont plus malheureux que nous. Servir avant soi qui est moins heureux que soi. Servir en premier le plus souffrant.

Si tu veux vivre en communauté : sois sobre, propre, honnête, travailleur et pacifique. Que voudrais tu que l’on fasse, d’ivrognes, de malpropres, de voleurs, de paresseux et de bagarreurs ? Avec tout l’argent du monde on ne fait pas des hommes, mais avec des hommes et qui s’aiment on fait tout y compris l’argent nécessaire.

Dans la société, il y a des forts, des faibles et des lâches. Aux forts nous disons viens nous aider à aider les faibles. Aux faibles nous disons reprends espoir ensemble on y arrivera. Quand aux lâches il faut qu’ils sachent qu’ils nous trouverons toujours aussi sévères pour les écarter que prompts à les accueillir aussitôt qu’ils seront résolus à se conduire en hommes.

Donner du pain à ceux qui ont faim et faim à ceux qui ont du pain. Donner des raisons de vivre. A Emmaüs au quotidien on ne se dit pas merci car tout le monde travaille en partage. On a tous la même raison de vivre :

 

Aujourd’hui, Emmaüs se relève après un confinement aux  conséquences financières importantes

 L'association qui a souffert financièrement du confinement reprend ses activités avec des raisons d'espérer.  Bénévoles et résidents de la communauté revoient avec plaisir revenir en nombre des clients et des déposants. Il faudra bien cela car les deux mois de confinement ont été difficiles pour l'association qui vit uniquement des revenus de son activité de ressourcerie/recyclerie. Leur mise au point mort a coûté 160.000 euros à la communauté de Déols en raison des charges des logements et des salaires des résidents. Heureusement Emmaüs va pouvoir compter dans quelques jours sur l'ouverture d'une toute nouvelle boutique en plein centre-ville de Châteauroux. Ce local commercial situé rue Lescaroux sera mis à disposition par la ville de Châteauroux pour un loyer à tarif préférentiel pendant deux ans.  On y trouvera des bibelots et petites antiquités qui ne sont mises au dépôt de Déols précise Marie-Noëlle Devaux qui espère pouvoir faire augmenter les revenus de l'association grâce à cette "vitrine commerciale".  

 

Remerciements

Mais ce soir, nous a dit Charles METAIS, je vais quand même vous remercier. Merci d’être là compagnes compagnons  responsables et amis de la communauté d’Emmaüs Indre. Merci à mes amis et compagnons de l’Ordre National du Mérite et à nos amis de La Légion d’Honneur. Vous avez répondu à l’appel lancé par Emmaüs « Viens m’aider à aider ». Comme en 1949 où des hommes les plus démunis et d’autres plus privilégiés s’unissent pour en aider d’autres, il y a toujours la réussite. Car nous avons la même raison de vivre.

Pour conclure, a-t-il ajouté, voici quelques propos de l’abbé Pierre :

Il faut un jour choisir entre rêver et vivre heureux

Face aux nouvelles formes d’exclusion, face aux nouveaux drames humains que génèrent nos sociétés la solidarité ne suffit plus il faut redécouvrir la fraternité.

Quand on s’indigne il convient de se demander si l’on est digne.

La responsabilité de chacun implique deux actes vouloir savoir et oser dire.

On ne peut pas sous prétexte qu’il est impossible de tout faire  en un  jour ne rien faire du tout.

L’absurde absolu pour un humain c’est de se trouver vivant sans raison de vivre.

De temps en temps faire ce qui ne se fait pas ça fait du bien.

IMG_20200617_0001 (2)


Président(e) de la section

M. Alain BOURREL