ANMONM

Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite

Soirée « crêpes », visite du groupement de gendarmerie départementale de l’Indre - 6 février 2019

  

 

Le 6 février 2019 à l’initiative de notre ami Jean-François BIET et  à l’occasion de notre traditionnelle soirée « crêpes », une cinquantaine de compagnons et amis de la SMLH de l’Indre étaient accueillis à la caserne Charlier  par le colonel Christian PRUNIER, commandant le groupement de gendarmerie départementale de l’Indre, et deux de ses adjoints, le lieutenant-colonel Christophe  HEURTEBISE et le commandant Jérôme PERUZZO.

La visite commençait par une présentation  générale du groupement de gendarmerie  par son chef, le colonel PRUNIER,  suivi  de la découverte, en trois groupes, des installations, matériels et unités spécialisées méconnues du grand public, et c’est avec beaucoup d’attention que nous avons pu découvrir la très grande variété des missions et le travail remarquable effectué avec un très grand professionnalisme  par les hommes de cette institution. Enfin la soirée se terminait par un dîner au cercle mixte en toute convivialité avec nos hôtes. 

logo-officiel-gendarmerie

La Gendarmerie dans l’Indre

Le groupement de gendarmerie de l’Indre est compétent sur l’ensemble du département soit 98% du territoire et 73% de la population, sur 234 communes, les cinq autres étant situées en zone de police nationale. Il est chargé des missions de sécurité publique, de renseignement et de police judiciaire, cette formation est placée sous l'autorité du commandant de région de Gendarmerie du Centre-Val de Loire ;

téléchargement

cet officier du grade de général commande toutes les unités de gendarmerie départementale implantées dans sa région. Il est lui-même directement subordonné au Directeur général de la Gendarmerie nationale (DGGN).

S’agissant de l’Indre, le groupement de gendarmerie  départementale au plan territorial a autorité sur trois compagnies implantées à ISSOUDUN, LE BLANC et LA CHATRE avec 22 brigades de proximité regroupées en 7communautés de brigades. Il dispose également en interne de services spécialisés  déployés, à la demande en appui et en soutien  de ses unités subordonnées.

D’autres unités de gendarmerie sont également présentes dans l’Indre  mais ne sont pas hiérarchiquement rattachées au groupement. Il s’agit  d’un escadron de gendarmerie mobile positionné à la caserne Charlier, d’une brigade de gendarmerie maritime sur la base de ROSNAY, d’une brigade de gendarmerie des transports aériens sur l’aéroport de CHATEAUROUX-DEOLS et d’un Commandement du soutien opérationnel de la gendarmerie nationale (COMSOPGN) au Blanc.

La gendarmerie est habituellement chargée de la sécurité dans les zones rurales et dans les zones périurbaines, alors que la police nationale est chargée de cette mission dans les zones urbaines ( communes de plus de 20 000 habitants).

 

Présentation2

 

P1020278

Le colonel Christian PRUNIER

La gendarmerie, bien que rattachée au ministère de l’Intérieur et alors que ses hommes ont un  statut de militaires, assure trois types de missions :

 

Le CORG  (Centre d'opérations et de renseignement de la gendarmerie )

 

P1020283 (2)

C’est une unité spécialisée,  cellule de veille en activité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, toute l'année.

Elle a pour rôle principal l'accueil des appels téléphoniques au numéro d'appel d'urgence 17, le renvoi d'appels vers les unités de gendarmerie départementale et la coopération opérationnelle des interventions

SES MISSIONS : - Centralisation de l'information - Réponse aux sollicitations - Gestion et coordination des interventions entre 19h et 8h La nuit, le rôle de l'opérateur du CORG est de répondre aux sollicitations des usagers, de les rassurer, de les informer sur la suite immédiate donnée à leurs appels, de déclencher si besoin l'intervention des forces de l'ordre et de coordonner l'action de celles-ci. Le CORG centralise les interventions sur tout le département et répond également à l'appel des usagers lorsque les brigades sont fermées au public.

 

 

Les TIC (Techniciens en Identification Criminelle) et le laboratoire de police technique et scientifique

 

P1020281 (2)

Les TIC sont recrutés parmi les sous-officiers servant déjà en gendarmerie. Ils exercent leur spécificité au sein de la cellule d’identification criminelle et numérique (CICN) qui est elle-même rattachée à la Brigade Départementale d’Investigations et de renseignements Judiciaires (BDRIJ). Ils sont chargés d’effectuer les investigations techniques et scientifiques sur les scènes d’infraction (recherche, prélèvement et conditionnement de traces et indices), assister les médecins lors des autopsies, contrôler et centraliser le travail des TIC de proximité du département, analyser et envoyer les traces papillaires au Fichier Automatisé des Empreintes Digitales, gérer le matériel, le service….

Leur qualification leur permet de réaliser des examens physico-chimiques de base (bain de ninhydrine, exposition aux vapeurs de cyanoacrylate, renforcement luminescent de traces papillaires ou de traces de sang). Avec une formation adaptée, ils peuvent effectuer d’autres travaux plus spécifiques, comme le remontage de numéro sur des armes à feu ou des véhicules lorsque le numéro de série a été effacé par l’auteur, ou encore confectionner des portraits robots. Ils disposent d’un plateau technique, laboratoire  dans lequel ces experts exploitent les données relevées sur les scènes de crime. Homicide, braquage à main armée, agression sexuelle , violences, incendie criminel….Avant leur travail en laboratoire, ces experts se rendent sur le terrain. Ils passent des heures à inspecter la scène de crime, à la recherche de la moindre trace qui pourrait faire avancer l’enquête.

L’EDSR ( Escadron départemental de sécurité routière)

C’est une unité dont la mission principale est la lutte contre l'insécurité routière. et regroupe toutes les unités routières ou autoroutières du département. Leurs missions s'exercent plus principalement sur les axes routiers et autoroutiers dans les parties de territoire où la gendarmerie est chargée de la sécurité publique (Zone Gendarmerie Nationale (ZGN)) mais aussi hors de ceux-ci pour des missions d'information et de relation publiques, en soutien en opérations d'unités de gendarmerie et pour les missions militaires qui leur sont dévolues : escortes de convois, d’autorités ministérielles et militaires, contrôle de la circulation militaire, jalonnements des itinéraires. À noter que les EDSR ont, avec la gendarmerie mobile, la charge des escortes de convois dans le domaine nucléaire, civil comme militaire.

Les PSIG (Pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie)

 

P1020282

Ils  constituent des unités dont la vocation prioritaire est la lutte contre la délinquance de voie publique, menée de manière préventive et dissuasive, dans les secteurs et les périodes les plus sensibles, notamment nocturnes. Ces unités sont directement subordonnées au commandant de compagnie, pour lui permettre de réagir à des phénomènes de délinquance locaux, en appui de l'action des unités territoriales.

Les missions permanentes confiées aux PSIG s'inscrivent dans le cadre de la sécurité publique générale en complément de l'action des unités territoriales.

Elles consistent à :

- prolonger et renforcer, prioritairement la nuit, dans un but à la fois préventif et dissuasif, la surveillance des zones sensibles ;

- intervenir en soutien d'unités confrontées à une situation qui nécessite l'engagement de moyens plus substantiels (trouble à l'ordre public, rixe, opération de protection et de secours, etc.) ;

- s'impliquer dans l'exécution de la mission de police judiciaire ;

- participer à la mission de renseignement, en s'appuyant sur la capacité à couvrir le terrain et en se constituant un réseau de correspondants territoriaux, notamment parmi les professionnels de la nuit.

Présentation1

Nous tenions à remercier très chaleureusement pour la qualité exceptionnelle de leur accueil le colonel PRUNIER, ses adjoints et tous les sous-officiers présents qui avaient tenu à nous présenter avec passion leurs missions au quotidien, mais aussi  saluer  leur engagement et dévouement au service de la sécurité de nos concitoyens en cette période difficile.

Merci aussi  au gérant et serveurs du mess pour la qualité du repas mais également à Jean-François BIET   pour nous avoir organisé cette visite, reconnue unanimement  d’un très  grand intérêt par tous

 


Président(e) de la section

M. Alain BOURREL