ANMONM

Association Nationale des Membres de l'Ordre National du Mérite

Prix du civisme 2015

Remise du Prix du Civisme 2015 pour la Jeunesse du  15 juin 2016

 

P2 (2)

 

La Déoloise âgée de 13 ans a reçu le prix du civisme de l’ordre du Mérite pour avoir alerté les secours, sauvant sans doute la vie de sa mère, victime d’un AVC.

Il est 15 h 15, ce 14 juin 2015, lorsque les sapeurs-pompiers du Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis) reçoivent l'appel. Au bout du fil, Pauline Perain, alors âgée de 12 ans

 

. « Je discutais avec ma mère, lui posait des questions mais elle ne me répondait pas », se souvient la jeune fille. Depuis une semaine que sa mère, Patricia, ne se sentait pas bien. Ce jour-là, elle était alitée.

 

 

« J'ai vu que son état s'aggravait. Sa jambe ne bougeait plus et ses yeux se sont mis à tourner. » Pauline s'est alors précipitée sur le téléphone et a prévenu les secours. Un geste salvateur car sa mère était victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC).
« On sait très bien que, dans ces cas-là, le facteur temps est primordial », a salué Alain Fourmeau, président de la section départementale de l'Association nationale des membres de l'ordre national du Mérite (ANONM). Pour son geste, Pauline Perain a reçu, mercredi, le prix du civisme pour la jeunesse de l'ONM, devant un parterre d'officiels qui ont tous salué son « courage » et son « sang-froid ».

P2 (1)

Sous les yeux du préfet et de ses grands-parents, Pauline a reçu un chèque de 250 €, remis par Alain Bourrel, président départemental de l'ONM.

Cliché La Nouvelle République

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Gérard Mayaud, premier vice-président du conseil départemental, chargé de l'Éducation, « le sourire de Pauline porte beaucoup d'espoir ». Pour Seymour Morsy, préfet de l'Indre, l'adolescente, scolarisée au collège des Capucins, a fait preuve d'« intelligence et de subtilité ».

 

Alain Fourmeau a aussi tenu à replacer l'attitude de Pauline dans un contexte sociétal qu'il dépeint comme de plus en plus égoïste : « Avant, chaque année, nous n'avions aucun mal à trouver trois ou quatre candidats pour ce prix. L'un avait extirpé une femme âgée d'une maison en flammes, l'autre avait empêché un incendie de se propager aux habitations voisines en prenant les commandes d'un tracteur. […] Aujourd'hui, nous ramons un peu à contre-courant du laisser-faire ». Pauline a plutôt, parmi ses desseins, celui de servir les autres : « Même avant cet événement, je voulais être infirmière ». D'une hypothèse, c'est devenu une conviction.

Voir les nœuds fils:

Oui


Président(e) de la section

M. Alain BOURREL